Portait Anne-Laure Moizi, Bulles à Malices, couches lavables

Bonjour, je suis Anne-Laure Moisy. Je vis en Isère, à La Terrasse entre Grenoble et Chambéry.

J’ai fait des études d’anglais pour me destiner à l’Éducation Nationale.

Mais la vie m’a menée vers d’autres horizons :

  • D’abord la maternité :  je suis maman de 3 adorables garçons.
  • Puis la création : j’ai découvert la couture en 2007, par pur hasard … je me suis lancée en autodidacte, au gré des tutoriaux et des échanges sur des forums.

En janvier 2011, parce que je prends de plus en plus de plaisir à coudre et parce que mes créations plaisent beaucoup, je crée une e-boutique de vêtements pour garçons et de poupées Waldorf.
Deux ans plus tard avec l’arrivée de mon troisième enfant, je fais le choix d’utiliser des produits respectueux de notre santé et de la planète. Je m’oriente alors vers la confection des couches lavables car après avoir testé différents modèles, aucune ne convenait vraiment à ma crevette ! J’en profite pour faire aussi des lingettes en tissu… De quoi réduire considérablement les déchets engendrés par l’arrivée d’un nouveau-né !

Très rapidement, proposer ces nouveaux articles devient une évidence. Ma nouvelle boutique s’appellera « Bulles à Malices » pour les bulles de savon qui pétillent quand on lave les articles et le côté malicieux qu’on retrouve chez les enfants…

Mes engagements :

Je confectionne moi-même vos commandes avec beaucoup d’attention car votre satisfaction est ma priorité.

L’utilisation de tissus biologiques ou certifiés Oeko-tex 100, vous assure des articles fait-main de qualité, respectueux de votre santé et de l’environnement.

Pour en savoir plus sur les certifications des tissus, découvrez l’article dédié sur le blog : Comprendre les certifications des textiles

Les articles lavables sont généralement beiges, pourquoi ?? Les couleurs c’est la vie ! Elles mettent de bonne humeur et donnent du peps à votre quotidien. Sur Bulles à Malices, vous ne trouverez que des produits colorés.

 

Alors, prêt(e) pour l’aventure “zéro déchet” ?